Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'Odyssée de l'Endurance

Depuis le temps que je vous parle de Shackleton, je vais vous parler de son livre, qui retrace sa plus grande aventure dans l'Antarctique. Un livre où il ne se passe rien pendant des pages et des pages - pas de scène de sexe, n'est-ce-pas Joël - mais qui vous tient cependant en haleine du début à la fin, parce qu'on se demande quand les provisions vont manquer, et si les éléments déchaînés n'auront pas raison du groupe.
Le but de l'expédition est de traverser l'Antarctique. Mais l'Endurance qui transporte Shackleton et ses quarante hommes est pris dans les glaces et finit par être broyé après huit mois de dérive. Il faut abandonner le navire et monter le camp sur un glaçon à la dérive car les efforts surhumains pour se déplacer n'ont pas abouti. Cinq mois plus tard, il faut quitter le dernier glaçon qui se fragmente. Trois jours de navigation par -20° mènent les naufragés à l'Ile de l'Elephant, première rencontre avec la terre ferme qu'aucun pied humain n'a encore foulé. A peine débarqués il leur faut redéménager pour se mettre à l'abri. Et songer à aller chercher de l'aide, en Georgie du Sud, à 800 miles marins de là. Le voyage dure 16 jours pour Shackleton et cinq de ses compagnons. Malheureusement, ils abordent la face inhibitée de l'Ile, qu'ils vont devoir traverser pour trouver des secours. Récits d'escalades et de glissades fabuleuses. Sans perdre une minute Shackleton organise le sauvetage de ses hommes restés à l'île de l'Eléphant. Il faudra saisir l'occasion où la glace qui entoure l'île s'écarte. Les autres rescapés auront passé encore quatre mois et demi sur l'île de l'Eléphant.

Commentaires

  • Voilà une lecture rafraîchissante pour un mois d'août !

    Je suis sûr que tu en as profité pour retenir des tas de trucs de survie, comme manger de la viande crue ou des racines. Tu as déjà fini tes dragées ? ;-)

  • Oui, j'ai appris que la viande de phoque est un excellent anti-scorbutique. Et qu'il faut des douceurs pour entretenir le moral des naufragés. Les dragées, c'est une par jour !

  • Pfuuut même pas de sexe.

    Deux ans de naufrage, un record! Même pas de radio, ni GPS, pas de Paris-Match pour lancer l'alerte, de bateau du Vendée-globe ou de baleinier japonais qui passerait par là.

    Une île de l'Eléphant, sous ces lattitudes, l'île du phoque eut été plus indiquée.

    Ce qui me tracasse avec ce genre de livre (au fait peux-tu donner les références, titre, éditeur...) c'est le risque que des pingouins argentés se mettent en tête de partir pour l'éléphant, et que des promoteurs leur construisent des cages à lapins avec piscine (indoor) et jacuzzis et même parc animalier avec manchots empereurs, loutres, lions et veaux de mer...

    Vous pensez que c'est pas possible? Eh bien vous avez tord, il y a déjà pas mal de gugus qui traversent le détroit de Magellan pour poser le pied sur le sixième continent. De plus, on sait bien que la connerie comme l'imagination a infiniment moins de limites que la planète.

  • C'est petite Bibliothèque Payot/ Ernest Shackleton/ L'odyssée de l'Endurance. Mais tout le monde peut trouver, moi j'ai même réussi à trouver et commander Ophélie a du chien, alors...

  • Ah c'était toi?
    Non, en fait tu n'es pas tout à fait la seule mais les frais de port sont si élevés chez Manuscrit que c'en est dissuasif. En tous cas merci d'avoir eu confiance et de me dire ce que tu en penses.

  • Non c'était sur Amazon, ce qui pose problème ce sont les délais de livraison car dans trois semaines je n'aurai plus tellement le temps de lire... (et puis ça risque d'être en même temps que H.! o))

  • Bon, j'ai pas peur de la comparaison. Certe Ophélie est moins dans l'air du temps et n'a aucune chance pour le goncourt, mais je suis prêt à prendre le pari (prétentieux) que tu vas le préférer à H. :-)

    J'avoue que ta remarque sur mon blog m'a un peu questionné. Je vais répondre... tout à l'heure...

Les commentaires sont fermés.