Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Quelle particularité française pourrait-on bien défendre ?

La question est posée à tous ceux qui voudraient bouter hors de France tous les clandestins et autres immigrés régularisés ou non.

Je ne pense pas que le français diffère de ses voisins dans sa façon d'être scotché au journal télévisé et de s'avaler les mauvaises nouvelles énoncées avec partialité par des journalistes porte-micros du pouvoir. Ni dans celle de parler avec conviction du temps qu'il va faire et des mesures du plan-canicule et de laisser la météo dicter sa conduite. Ni dans sa façon de s'en remettre à un hasard improbable et de payer l'impôt à la française des jeux au lieu de compter sur l'effort personnel. Ni de préférer les aventures des people et autres élections de Miss Monde, à toutes les belles histoires de résistance. Ni, à défaut d'être bien informé par une presse dépendante, croire le dernier qui a parlé, et s'en aller voter Chirac ou Le Pen avec conviction.

Il existe d'autres pays où les élections ne sont pas libres non plus et où les journalistes coupent la parole aux candidats démocratiquement arrivés au second tour. Où un ministre de la santé peut faire retirer un rapport de l'Inserm diligenté par ses prédécesseurs, à la demande de ses amis psychanalystes. Où pour avoir manifesté contre la folie des grandeurs, on a droit à son prélèvement d'ADN. Où les lois votées sont retirées. Où les gouvernements sont impuissants.

Je ne pense pas non plus que ce soit une particularité française que le moteur de la plupart des manipulations soit la peur. On a peur de l'étranger et de sa différence, peur qu'avec sa natalité galopante, il fasse du bruit dans nos immeubles, peur qu'il bénéficie à tort de NOTRE sécurité sociale, peur qu'il nous ennuie aux carrefours en vendant un journal de SDF. Peur qu'il vienne camper dans nos monuments et qu'il omette de trier ses déchets dans la poubelle. Peur d'aller dans certains quartiers, réputés à risque, peur de faire une remarque et de se faire rabrouer, peur des gitans et des cambriolages, peur de cette personne à la mine patibulaire, peur des propriétaires de chiens et des violeurs d'enfants.

A ceux qui croient qu'en accueillant plus d'immigrés la France va devenir une poubelle, je voudrais dire ceci : ce qui fait la poubelle, c'est le manque de qualité de son contenu. Nous faisons de la France une poubelle lorsque nous français, nous nous laissons submerger par la peur, lorsque nous chions dans notre froc. Lorsque, obnubilés par ce que nous racontent les médias achetés,  nous en oublions de prendre le temps de réfléchir et d'avoir une idée personnelle. Lorsque nous oublions d'être fidèles aux principes de générosité auxquels nous avons cru autrefois, ces mêmes principes qui ont conduit nos prédécesseurs à abolir l'esclavage et les privilèges. Lorsque nous oublions notre responsabilité et notre objectivité et que nous préférons rejeter les fautes sur les autres. Lorsque nous sommes infidèles à l'idéal qui nous rendait meilleur. Aussi, la première chose c'est d'avoir du courage. La seconde de refuser les idées toutes faites. La troisième de voir plus loin que le bout de son nez.

A ceux qui ont peur de l'immigration, je dirais : tremblez ! Un jour viendra où les militaires postés à la frontière du monde privilégié ne pourront se résoudre à tirer sur des enfants, et où les barricades cèderont sous la poussée de la multitude désespérée, des boat-people et des réfugiés arrivés à la nage. Ce jour-là, nous regretterons de n'avoir pas cherché plus tôt comment partager, la vague déferlante risquant bien de tout détruire sur son passage. Et partager cela commence bien sûr par les français défavorisés, tant il est vrai que l'Autre, c'est aussi nous.

 

Commentaires

  • Excellent, Dilettante !

    Merci !

  • WAOU ! En forme, Dilettante !
    Ca fait du bien de lire ça pour commencer la semaine...
    Bises.

  • Merci les amis, venant de vous, cela me fait chaud au coeur.
    Mais j'attends de pied ferme les sarkozystes de tous bords !

  • Tu veux qu'on se déguise pour faire une fausse contestation ? Ca ferait tout de suite plus "grand média"...
    ;)

  • J’adore votre blog…
    C’est l’aniversaire d’une blogueuse qui gagne à être connu, pouvez-vous me rendre service en souhaitant un excellent anniverasire à Miss C.

    Pour cela, il suffit de copier cette phrase : « Je viens de la part de l’Amazone, vous souhaiter un très bon anniversaire Miss C » et le coller sur : http://chacalismworld.blogspirit.com/

    Merci par avance.

    L’Amazone…

  • Je suis pas venu souvent ici, je le regrette !
    Rayonnant...

  • J'ai trouvé enfin la réponse à ta question : défendons la particularité française du coup de boule !
    Moi ça m'a bien fait rire [je sais, c'est pas bien, ça a une mauvaise influence sur les enfants et tout et tout... ]

  • Ah çà fait du bien de lire un coup de gueule comme celui-là, d'autant que nos responsables politiques sont en ce moment même à Rabat pour discuter de tout cela et qu'il est clair que si les pays dont sont originaires nos "immigrés" sont prêts à entendre nos doléances "sécuritaires", ils ne sont pas disposés à y mettre de l'argent, or c'est bien l'agent qui fait venir ces gens chez nous, il ne faut pas croire qu'ils ne rêvnet qu'à se déraciner, au contraire. Lorsque nous aurons compris que la pauvreté qui guette à nos portes est la source de nos difficultés existentialistes, quand nous accepterons de partager ce qui ne nous appatient pas à savoir cette bonne veille planète Terre, Gaïa, le monde s'en portera un peu mieux, je dis un peu car malheureusement, je ne crois plus au mythe du "bon sauvage" au contraire plus çà va plus je pense que "l'homme est un loup pour l'homme"

    A bientôt

  • Bravo! comme dit l'autre ça fait un peu d'air frais! (non, je me trompe, personne n'a dit ça, mais l'esprit y est!)

    J'ajouterais volontiers ceci :
    La civilisation française est morte, on l'a tuée, il n'en reste plus rien.
    Et ce n'est pas la faute aux immigrés, contrairement à ce que disent les lepenistes! (1)
    C'es la faute au "modernisme", aux néo-calotins hygiéno-sécuritares, à Sarkozy et à ses semblables du "libéral-fascisme"(2), à l'invasion bagnole-ique, à la pub, au grand capital bien sûr! d'abord et à sa logique; c'est la faute aux français eux-mêmes; et si on veut incriminer des étrangers c'est la faute aux américains. ("on ne se croit même plus en france!" aiment à seriner les vieux cons lepenistes - ne racontez pas de conneries: ce n'est pas de musique arabe qu'on est submergé! - et d'ailleurs si c'était le cas, ça, ce serait beau et agréable, de la vraie musique (ou de la musique azéri, ça serait bien, c'est la plus agréable, je l'ai découverte grace à mes corespondants espérantistes, j'en ai dix disques maintenant) - mais justement si on a effectivement cette impression à peu près partout maintenant, c'est quand on se trouve par exemple dans ces infects, Orwelliens, et inhumains supermarchés quand on est inondés de chansons rock anglophones! et tout le reste à l'avenant, il n'y a plus de limite à l'invasion, et ce n'est qu'un début ... )


    (1) oui, même que, au contraire, à Paris les seuls cafés qui ont conservés l'ambiance et les valeurs d’autrefois sont les cafés arabes, au lieux de ces endroits (hyper-chers en plus) inhumains et glacés que sont devenus les autres.
    Et, de même, de nos jours les seules femmes à être habillées en femmes (et non pas comme des camionneurs phtisiques en deuil, ou des loubards, ou comme des croque-morts ou des agents de la Gestapo) et à être belles et élégantes, aussi élégantes qu'on l'était en France dans les années 50, ce sont les musulmanes qui ne se sont pas mises à la mode européennes et qui portent des robes et des fichus (ou alors les noires en boubous).

    (2) expression lancée par : http://perso.wanadoo.fr/metasystems/Topics.html

    lisez, pour une analyse du role de la "modernité" dans le monde actuel, la réflexion en espagnol de sans doute le plus pertinent penseur politique contemporain: Zygmunt Bauman
    http://www.rebelion.org/noticia.php?id=24178

  • Roland : même si on s'en défend on est tous un peu raciste et moi la première
    http://dilettante.blogspirit.com/archive/2006/04/29/moins-raciste-que-moi-tu-meurs.html
    Aussi il faut envisager d'étendre la tolérance à la musique.

    Je ne suis pas du tout d'accord avec l'expression "s'habiller en femme". Habiller la femme en femme, c'est la maintenir dans la dépendance et dans l'inconfort. La petite fille que l'on habille en poupée, n'est pas à l'aise pour jouer. Les talons même-pas-aiguilles ne permettent pas de courir sans ridicule ni de grimper aux arbres. Le pantalon est peut-être le meilleur outil de libération et le féminisme a encore du pain sur la planche.

Les commentaires sont fermés.