Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Destruction du Liban par Israël

Je suis triste parce que je ne peux plus parler à mes amis israëliens qui puisqu'ils ne disent rien sont complices. Une amitié d'ailleurs fragile parce que préservée en évitant toute question politique. Sans doute dois-je dire adieu à mes rêves d'errances dans Jérusalem. Peut-être sous peu n'y aura-t-il plus de Jérusalem d'ailleurs...

Je ne les comprends pas les israëliens, j'ai essayé pourtant. Mais les plus modérés, même des personnes d'une grande morale personnelle,  m'affirment qu'ils ont besoin d'un pays pour vivre, parce que même s'ils ne sont pas religieux, ils ont leurs coutumes, et que leur pays c'est ici. Point. Ils ne semblent pas préoccupés par la façon dont sont traités les palestiniens, parqués, sans travail, ou humiliés à chaque instant pour effectuer les plus basses besognes.

L'identité juive, semble si difficile à assumer qu'il faille la revendiquer en suscitant la haine !

Dans l'autre camp, je suis pleine de mépris pour ces dirigeants iraniens qui menacent de riposte si Israël s'en prend à la Syrie ! Parce que, qu'Israël détruise le Liban, tout le monde s'en fout évidemment. Ou je rage d'entendre des déclarations molles de condamnation. Déjà, pendant la "guerre du Liban", personne n'avait pris la défense de ce pays, et surtout pas les américains pourtant appelés au secours, eux qui allaient déclarer la "première guerre du golfe" lorsque leurs intérêts pétroliers furent menacés par l'invasion du Koweit.

Au Liban, il n'y a pas de pétrole.

Alors prenant prétexte de quelques provocations (l'enlèvement de deux soldats israëlien) et de la menace du Hezbollah (concrétisée jusqu'ici par un tir de roquette sur Haïfa), l'armée israélienne qui n'a même pas pris les leçons du grand frère américain pour les frappes chirurgicales, se met à détruire systématiquement les ponts, l'aéroport, les centrales électriques, les réserves de pétrole, les centres téléphoniques. Puis avec des ultimatums de deux heures ordonnant aux habitants de fuir, vient frapper systématiquement les villages du sud, tuant des innocents.

J'essaie de réfréner la haine, mais je la comprends si bien. Lors de ma première visite au Liban en 1992 dans la famille de mon mari, et dans les années qui ont suivi, la puanteur, les décharges sauvages, les bouchons épouvantables étaient le témoignage de la désorganisation du pays par la guerre qui avait à peine pris fin. Nous voilà revenus à la situation antérieure, tout le lent travail de reconstruction est perdu, tout est à refaire. Pas d'électricité, pas de congélateur, pas de transports, pas d'approvisionnement, pas de fuite possible. (Dites vous bien que si cela arrivait en France, ce serait la famine !).

Qui dit guerre dit aussi chômage, désoeuvrement, et retour en arrière pour les fragiles avancées. A part qu'au Liban, on n'est pas au chômage, on est dans les affaires... Chacun vivote comme il peut. Qui dit désoeuvrement dit politisation à outrance par une télévision qui repasse en boucle les déclarations des dirigeants sans pouvoir vendus à la Syrie et les photos de martyrs - et ils sont nombreux à avoir ce titre de martyr accolé à son nom - , qui s'affole aujourd'hui à la rumeur d'utilisation de gaz toxiques par les israëliens. Qui attise la haine et comment pourrait-il en être autrement ?

Mais les civils innocents des villages du sud sont-ils si innocents que ça après tout, car ils ont tous un fils, un neveu, un frère qui est devenu Hezbollah. Pourquoi ? Par désoeuvrement, endoctrinement, conviction ou grâce aux cent dollars mensuels versés aux femmes qui portent le tchador ? On le reconnaît aisément à sa barbe et au fait qu'il ne serre plus la main aux femmes. Le chef de mon village, un homme au visage noble, qui a sauvé des chrétiens pendant la guerre et protégera encore ma belle-famille, a lui aussi un fils Hezbollah. Je crois qu'il s'en attriste. Mais qu'y peut-il ? Et est-ce une raison pour le tuer ?

Je crois qu'Israël avant d'affronter peut-être l'Iran ou la Syrie, se fait la main sur les plus faibles. Je n'appelle pas cela de la fermeté, mais de la lâcheté. Hélas. J'ai bien peur que ce ne soit irrémédiable. Nombreux sont désormais les libanais de toutes confessions qui se mettent à fantasmer d'aller se faire sauter sur une place de Tel-Aviv.

Commentaires

  • Je suis tout à fait d\'accord avec toi. L\'objectif publiquement avoué de ces bombardements est de faire reculer le pays 30 ans en arrière ! La molesse des réactions d\'autres Etats me donne la rage : quel autre pays que le Liban pourrait se faire déclarer la guerre comme ça, avec cette absence se sanctions contre l\'agresseur ?
    Ma meilleure amie, qui a toujours une peur bleue des feus d\'artifice et des pétards pour avoir vécu au Liban jusqu\'à l\'évacuation de sa famille disait ce week-end qu\'on pouvait constater qu\'une fois de plus, le Liban n\'était pas considéré comme un \"vrai pays\". Elle pense que le racisme a à voir avec ces non réactions, non-interventions. Je ne sais pas si c\'est le cas. Mais je sais, comme tu le dis, qu\'il n\'y a pas de pétrole.
    A ma colère s\'ajoute ma tristesse pour les quelques personnes que je connais qui aiment ce pays que je ne connais pas, qui y ont des souvenirs, de la famille, qui y avait des projets... et aussi pour tous ces inconnus qui y vivent des moments si durs.
    [Je t\'embrasse bien fort]

  • Comme toi je trouve que cette attaque du Liban par Israël est insupportable, rien ne justifie de tuer autant de civils, que ce soit pour récupérer deux ou dix mille soldats. Je suis également perplexe devant le silence de la communauté juive pour qui la mort de 300 civils au hasard est moins choquante que l’assassinat d’un seul individu israélien. Le meilleur exemple est celui de notre « éminent philosophe », BHL, prêt à se faire photographier dans une guerre en Bosnie pour défendre la cause des innocents, alors que son silence est assourdissant sur la question du Proche-Orient. Et il n’est pas le seul. Pourquoi cette loi du silence dans la communauté juive, comme une sorte de schizophrénie ? Parce qu’il existe des israéliens qui ne sont pas d’accord avec cette guerre, c\'est sûr, mais c’est comme si les médias avaient décidé de les censurer.

    Je ne sais pas sur quoi va déboucher cette guerre d’un autre siècle, mais il y a beaucoup plus de raisons d’être pessimiste. J’en viens parfois à penser qu’il n’y aura jamais de solutions, même s’il y a des gens de bonne volonté des deux côtés. Peut-être sera-t-on amenés à obliger Israël à trouver une autre terre d’implantation ou pourquoi pas construire une île artificielle…

    Blog sympa. Merci pour l’info sur les freemen, je vais m’y intéresser de plus près…

  • Et juste pour illustrer ce que je viens de dire :

    http://www.loiclemeur.com/france/2006/07/israel_jeremie_.html

  • bravo pour cet article...
    si certains journaux font encore passer les sanction contre zidane et la canicule avant le guerre au liban , on ne pourra pas reprocher au web de ne pas est productif en article sur ce conflit...

  • Je trouve ton article intéressant et je préfère réagir ici où je suis sûr de trouver des lecteurs que chez Lemeur où tout le monde parle sans s'écouter.

    Il y a un détail (si j'ose dire) sur lequel je ne suis pas d'accord c'est le rapport de force. Pour moi, les carottes sont cuites: Israel est foutu. Le Hezbollah est le sommet de l'iceberg mais c'est un sommet très bien lié au centaines de millions d'arabo-musulmans tous résoluement hostiles à l'état hébreu.

    On voit dans ce conflit que le Hezbollah est bien intégré au Liban. On voit que, plus Israel s'acharne, plus il se fait des ennemis décidés. Je pense que si les israéliens réagissent aussi violement c'est parce qu'ils ont des informations qui leur laissent croire qu'ils ont une petite chance d'éteindre l'incendie qui les menace aujourd'hui, car demain le feu aura pris partout et les tirs de missiles seront plus denses.

    Pour moi c'est de toute façon trop tard. L'ONU a placé une mèche lente, il y a longtemps et tot ou tard l'explosion va jeter les israéliens à la mer. Le reste est une question de détails... de temps de fabrications des bombes, de portée et de nombre de morts. Triste mais certain!

    Ah si... si, si... une alternative peut-être...

    Que tout s'embrase et qu'on finissent tous dans un grand feu d'artifice planétaire. Dans ce cas, pas sûr qu'ils restent encore des historiens pour dire qui avaient raison dans le déclenchement de WWIII.

  • J'ai envisagé de faire une lettre ouverte au couple d'amis israéliens qui me reste, mais auparavant je suis allée lire un peu les avis israëliens. J

    Je trouve leurs réponses stéréotypées, ce sont mot pour mot celles de l'ambassade d'Israël : Israël a été la cible d'une attaque (l'enlèvement des deux soldats) et a riposté. On y emploie aussi le terme de bouclier humain concernant les civils tués lors du bombardement des infrastructures. Je trouve que cet argument est une justification a posteriori. Le Hezbollah est en effet complètement intégré dans la vie des libanais, tout le monde connait quelqu'un du Hezbollah ou a quelqu'un du Hezbollah dans sa famille, ce n'est pas que le Hezbollah se cache derrière la population civile.

    J'avais envie de dire aux Israéliens que cette action est suicidaire, parce qu'ils se sont mis à dos les dernieres personnes modérées et que la haine n'a fait que s'intensifier.
    Comment un si petit pays peut-il cristalliser sur lui seul toute la haine du monde arabe ? Quel masochisme ou quelle inconscience ?

    J'en arrive comme Joël à la conclusion qu'Israël est foutue et que le terme est désormais très court, mais il leur reste un allié puissant, les Etats-Unis. Je ne sais pas si la réaction actuelle était raisonnée du fait d'informations secrète, ou si la réaction était un excès de rigidité. Ou encore si Israël n'a cédé à une provocation du Hezbollah pour attaquer prématurément... J'ai lu quelque part qu'une simulation d'une telle attaque avait donné Israël perdant. Mais les dirigeants actuels en avaient-ils pris connaissance ?

    Toujours est-il que le Hezbollah redonne maintenant fierté aux libanais en défendant le pays menacé par des attaques terrestres dans le sud.

    Je me suis abstenue d'écrire à mes amis israëliens car je pressens trop leur réaction offensée de victimes. Si j'ai eu un instant l'espoir que des israéliens éclairés pouvaient avoir une action de l'intérieur, en provoquant un sursaut d'intelligence, je pense maintenant qu'en effet qu'il est trop tard.

  • A l'heure où Israël reçoit des bombes des Etats-Unis (source New York Times), où le Liban rappelle ses réservistes, un article sur Altermonde le Village qui nous explique notamment ce qu'est le Hezbollah :

    http://altermonde-levillage.nuxit.net/article.php3?id_article=6402

  • Si les vérités sont bonnes à dire il faut les dire.

    Je peux comprendre (et imaginer) qu'il y ait des raisons militaires et de sécurité derrière la réaction excessive d'Israel, je ne peux pas comprendre ce que tu appelles "des réactions stéréotypées" de la part de l'opinion israélienne voire de pas mal de juifs. Comment peuvent ils se montrer aussi peu critiques?

  • Je propose une eradication totale de cet etat fasciste qu'est devenu Israel. Une honte, vraiment. Un pays qui ose se defendre contre quoi, je vous le demande?
    Des pluies de katiouchas? Pff. Des soldats kidnappes? ahaha.

    Tout ceci n'est qu'une propagande pro-sioniste, moi je vous le dis!

    J'ose esperer qu'un jour vous aussi gouterez au plaisir d'une bonne katiousha dans la tronche, afin de constater quelle sera votre reaction moderee.

  • Joël, moi aussi j'ai du mal à comprendre. La seule explication que j'ai à proposer est psychanalytique (en dilettante).

    Il y aurait une névrose juive et même une psychose juive.

    Dans la psychose, le sujet possède deux personnalités différentes qui ne se parlent pas, on dit qu'il y a clivage.

    L'une des personnalités prônée par le judaïsme, est une très grande moralité, une injonction très forte d'être une "bonne personne".

    D'un autre côté, l'enfant juif se passerait volontiers de son identité juive, très lourde à porter. Seulement voilà, il est bercé par les histoires de persécutions, il possède quelqu'un de sa famille qui a failli mourir dans les camps et plusieurs qui y sont morts. Dans ces conditions, il doit contorsionner son esprit pour accepter cette identité difficile, et le moyen de le faire, c'est de le revendiquer.

    Il va inconsciemment vérifier ce qu'on lui a dit de l'antisémitisme omniprésent, par des actions qui suscitent le rejet : ainsi il se conforte dans son rôle de persécuté chronique. C'est cette partie de sa personnalité qui se rangera derrière le gouvernement et répètera les idées stéréotypées de ce dernier. Cette personnalité n'est pas accessible au raisonnement ni au dialogue.

    Et cette partie de la personnalité se coupera totalement de la partie humaniste et objective.

    Ce genre de comportement se retrouve chez les enfants qui doivent porter des parents difficiles, tel par exemple, un père violent, ou une mère malade. Une partie d'eux-mêmes s'identifie fortement au parent en question tandis que l'autre la rejette, d'où la maladie psychique.

  • J'ai toujours un peu de peine avec les explications psy à fortiori quand elles s'appliquent à des groupes même si je trouve ton explication sensée.
    Je me contenterais de dire : aveuglement nationaliste. On l'a vu dans l'affrontement serbo-croates ou au Ruanda. On a vu des gens intelligents, posés, instruits... perdre soudainement toute capacité d'analyse pour s'obnubiler sur la défense de leur communauté même quand celle-ci était de toute évidence la plus agressive.
    On parle par exemple de pluies de missiles ennemis pour quelques pétards faisant un ou deux morts alors que les bombes de notre camp ont détruit à grande échelle des vies, des aéroports, des quartiers...
    C'est nous, c'est la nature humaine, aveugle, passionnée, stupide...

  • Un blog israélien et un libanais sur le blog de Ruth:

    http://zebrablog.net/sugus/index.php/2006/07/23/219-guerre-du-liban-ils-s-expriment-pour-nous-lisons-les

Les commentaires sont fermés.