Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chienne de garde

Tout est possible pour une femme libre, y compris gagner une course de 135 miles passant par le désert de la mort, comme l'a fait Pamela Reed aux éditions 2002 et 2003 du Badwater Ultramarathon, et détenir le record de la course.

Pourtant autour de moi, je ne vois pas de féministes. Non que le féminisme ait disparu, parce qu'il serait devenu inutile, mais parce que les femmes ne sont pas féministes. On peut certes incriminer un rôle de l'éducation différentielle selon que l'enfant est une fille ou un garçon, qui pèse encore lourdement sur nos sociétés, même celles qu'on dit civilisées. Le livre : "Du côté des petites filles" de Elena Gianini Belotti, bien que paru dans les années 70 est encore trop souvent d'actualité. Il montre comment dès la naissance les bébés sont traités différemment, un conditionnement dont il est certainement difficile de s'affranchir.medium_fille.jpg

Et ce d'autant plus qu'on a encore dans les supermarchés des rayons : cadeaux pour filles et cadeaux pour garçons, que les boites de malbouffe proposent aussi des cadeaux différents pour les filles et les garçons, que les instituts de sondage posent encore une question immorale qui me fait hurler puisqu'elle n'a plus lieu d'être depuis les années 70 justement, à savoir qui est le chef de famille (pour ceux qui l'ignorent l'homme et la femme mariés partagent cette reponsabilite dans le foyer depuis cette date, en France), que les prêts bancaires sont libellés au nom de l'homme, que l'on s'obstine à affubler les petites filles de jupes qui les empêchent de jouer pleinement (après avoir été libérées par les couches anti-fuites, n'est-ce pas paradoxal ?).

Pour moi, le féminisme, comme le reste est une question de logique.

Une féministe ne gagne pas Koh-Lanta en laissant porter son sac (cf édition 2005).

Une féministe ne minaude pas au bord de la route pour qu'on lui change un pneu.

Une féministe n'a besoin de personne pour déplacer un meuble ou réparer la chambre à air de son vélo.

Une féministe n'accepte pas de recevoir une rose, même 100% clonée et importée du Kenya, à l'arrivée d'une course à pied.

Y a-t-il encore des féministes dans la salle ?

(bon pour le freezine)

 

 

 

Commentaires

  • ok à fond avec toi ! Sauf pour les jupes : pratiques quand il fait chaud pour avoir les pattes à l'air, pratiques pour le changement de couche, pas gênantes si pas trop longues. Il faudrait plutôt autoriser les petits garçons à en porter ;)

    Sinon vu cette semaine : ma fille jouait chez la nounou avec un [très beau] camion jaune. Classe. Du coup, Pierre, 9 mois, lui pique. Ma grosse tartine se retrouve comme une conne, hésite à pleurer, râle un coup. La nounou intervient : elle lui apporte un autre jouet. Pas la voiture bleue, ni le camion de pompier qui traînent à côté. Nan. Elle fait trois mètre de plus pour chercher quoi ? Allez... la ... POUPEE !
    Grrr
    A la prochaine occase, je lui trouve un camion. Rien que pour elle.

    Bises
    PS : j'ai pas de vélo, mais je change ma batterie de voiture toute seule ;o)

  • Charlie, je pensais à toi en écrivant ce post.
    D'accord pour imposer les jupes en parallèle au port de la couche ! Et une solution pour ta fille, lui apprendre à se défendre contre gros poupon de 9 mois. Et ne plus la traiter de grosse, ni de crevette !!! Ca peut marquer, ces qualificatifs à l'âge tendre !!!!

  • Dès 4 ans : inscription au judo : y z'ont qu'à y venir, au bac à sable les mecs ! Elle se défend déjà, mais seulement contre les agressions physiques, pas contre les atteintes à la propriété privée ;)

    Sinon, je m'applique à lui dire qu'elle est grande et super forte, pas seulement jolie et gentille [mais aussi hein, attention ;)], en plus, elle a déjà vu sa maman repasser, mais aussi bricoler, je crois que ça compte pas mal [quoique, ma mère à moi avec une perceuse... ??!]

  • à la relecture : "Une féministe n'a besoin de personne pour déplacer un meuble".
    Ben, ça dépend du poids du meuble ;)

    Plus sérieusement, je suis d'accord : si on peut le porter seule, on le fait. Sinon, on demande de l'aide. Mais pas si on n'en a pas besoin.

    En fait, c'est d'autonomie qu'il s'agit. Et de ne pas avoir à l'avance une répartition des tâches en fonction du sexe.

    Héhé, tu avais raison, ton post m'inspire plein de commentaires : sans doute parce que je suis d'accord avec toi, et sans doute aussi parce que pour se défaire des conditionnements, c'est une lutte de tous les jours !

    En tous cas, merci ;)

  • Je suis effarée par le nombre de remarques sexistes dans la vie de tout les jours (genre : les filles sont comme ça, les garçons comme ça...) J'ai l'impression que la tâche est aussi rude que de changer le monde. Même hier je lisais un roman moderne où c'était la femme qui faisait chauffer l'eau pour les pâtes ! (Tu me diras, une chance sur deux, je voudrais le croire !) ; enfin ça fait plaisir qu'il y ait au moins deux féministes.

  • Ma+ jeune fille déteste les poupées, avait une vraie trouille des barbies. Elle n'aime que les autos et les légos.
    J'étais comme elle à son âge.
    Ceci dit c'est vrai que je n'ai jamais changé une roue (même si j'ai souvent crevé). Ce n'est pas une question d'être féministe ou non, mais faut pas décourager les gens qui veulent être serviables.Surtout que je ne suis pas douée de mes mains.
    Mais j'aide aussi les messieurs en panne à pousser leur voiture... C'est une question d'entraide

  • J'ai découvert un conditionnement très tenace, celui de valoriser à fond l'ego masculin en demandant de l'aide aux hommes pour des choses que l'on peut très bien faire toutes seules. Il y a du boulot pour que la condition masculine se débarrasse de cette discrimination "positive". Allez les chiens de garde !

  • Super idée, cet article est parfait pour les novices comme moi. J'ai quand même besoin d'un peu de temps pour réfléchir à tout ça.

Les commentaires sont fermés.