Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Alcooliques Anonymes France a 50 ans

affiche _2010_mini.jpgCela signifie qu'il a fallu 25 ans pour que le mouvement arrive à percer en France, grâce notamment aux articles de Joseph Kessel. Ce dernier décrit dans son livre "Avec les Alcooliques Anonymes" l'extraordinaire vitalité du mouvement à ses débuts aux Etats-Unis.


Eh bien oui, une fraternité a réussi à persister pendant plus d'un demi-siècle, sans chef, sans dirigeants, avec une organisation minimale, à être présent dans la plupart des pays et jusque dans les îles les plus reculées de la terre.

Les anciens, qui ont 50, 60, 70 ans d'abstinence, on les appelle les dynosaures. Ils se lèveront à leur tour lors de la réunion plénière du dimanche matin, lorsqu'on applaudit toutes les durées de sobriété, à partir d'un jour, car le désir d'arrêter de boire est la seule condition pour faire partie des AA. Si les AAmis et AAmies ont besoin du mouvement pour sauver leur peau, d'autres associations utilisent leur programme de rétablissement en douze étapes qui marche dans tous les domaines de la vie.  Ces associations seront aussi invitées à présenter leur programme lors du congrès qui célèbrera l'évènement les 13 et 14 novembre à l'hotel Mariott, ancien PLM, à Paris. Pendant le congrès, un tchat aura lieu 24h sur 24 : http://chat.alcooliques-anonymes.fr/ pour répondre à toutes les questions et donner de l'espoir à tous les alcooliques, et à toutes leurs familles.

J'ai beaucoup d'émotion à évoquer mes amis les AA, je les revois tous jeunes abstinents encore un peu tremblants et marqués, faire l'acceuil au congrès de Versailles en 2005, et les illustrations torturées du congrès de Metz en 2006. J'aime leurs réunions ouvertes et le récit de leurs vies d'où n'est jamais absent l'humour, et la spiritualité vivifiante qui se dégage de leurs paroles de gratitude et d'espoir, même s'ils sont agnostiques. L'alcoolisme est la maladie de la non expression des émotions, de la peur et du ressentiment. Grâce au programme, aux réunions, au téléphone, aux parrains, au service, il est possible de vivre heureux et de faire la fête sans alcool.

N'oublions pas non plus l'entourage, qui par son rôle fréquent de sauveteur et de martyr, permet souvent à l'alcoolique de continuer de boire.

L'alcoolisme est un mal familial. Pour l'entourage, même s'il n'existe pas de solution miracle, un espoir existe. En changeant d'attitude, en apprenant à aller bien que l'alcoolique boive encore ou non, en guérissant de l'obsession induite par la maladie alcoolique, la vie de toute la famille s'améliore. Des réunions Al-Anon, Alateen (pour les enfants et adolescents) et AEA (pour les enfants adultes d'alcooliques) auront lieu à l'occasion du congrès. Comme le disait une Al-Anon : "J'étais devenue cinglée, Al-Anon m'a sauvé la vie !".

N'oublions pas les enfants d'alcooliques, que trop de parents pensent protéger, en ne parlant pas du problème, en l'enfermant dans le tabou et le non-dit, ces enfants grandis trop vite, parents de leurs parents, qui refoulent leurs émotions, qui se sentent coupables de la situation, qui vivent dans le chaos.

Pendant le congrès, toutes les réunions sont ouvertes, c'est à dire que toute personne intéressée par le problème, peut y assister (à condition de payer le badge pour entrer dans la salle).

Commentaires

  • Témoignage d'un chauffeur de taxi :
    J'ai l'habitude de transporter des personnes pour les emmener au Congrès, mais je n'ai jamais rencontré autant de gens heureux qu'à votre Congrès des Alcooliques Anonymes.

Les commentaires sont fermés.