Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Science pas fiction

  • Les oubliés du Nobel

    Jean-Claude Chermann* raconte avec une plume de scientifique (des faits, rien que des faits) comment, alors que - spécialiste en rétrovirologie- directeur des travaux qui ont conduit à la découverte du HIV, il a été tout bonnement oublié lors de l'attribution du prix Nobel de Médecine 2008. (J'ai même dû retourner à son livre pour retrouver son nom ).
    Il en est ainsi dans la recherche. On réussit par chance, lobbying, communication, ambition, ou alors on échoue, éjecté du système par la machine infernale comme bon nombre de scientifiques en grande souffrance. Ils sont passés en si peu de temps de jeunes brillants à "pauvres largués" !
    Comme je raconte cette histoire à une amie chercheuse, elle me rappelle "l'Affaire" Rosalind Franklin.
    Si elle n'était pas morte d'un cancer, elle aurait été elle aussi oubliée lors de l'attribution du prix Nobel 1962 pour la découverte de la structure en double hélice de l'ADN (un prix Nobel n'est jamais attribué à une personne décédée).  Ce sujet est très sensible outre-manche où un institut de recherche londonien porte le nom de Franklin.
    Dans son livre "La double hélice", James Watson décrit Rosalind Franklin comme une personne crispée et fermée aux idées nouvelles. En effet, en tant que femme et subordonnée, elle avait fort à faire pour défendre sa propriété intellectuelle (ses travaux de diffraction de rayons X) contre l'avidité de son supérieur Maurice Wilkins qui d'ailleurs communiqua à son insu, à Watson et Crick, le cliché de diffraction qui prouvait la structure en hélice de l'ADN.
    Elle devait résister également au bagou d'un théoricien, Francis Crick qui irritait d'ailleurs tous ses collègues en lançant une idée nouvelle par minute. Les théoriciens sont les ennemis des chercheurs qui triment devant leurs microscopes ou leurs expériences : rien de plus facile que de lancer des idées, ils finissent toujours par avoir raison et le revendiquer, comme une horloge arrêtée qui a raison deux fois par jour.
    Franklin aurait sans doute pu déterminer à elle seule la structure de l'ADN. Elle a été prise de vitesse par d'autres plus intelligents, plus brillants, plus communiquants qui ont en outre bénéficié de la trahison de Wilkins. 
    Pourtant elle et son patron Wilkins ont pu publier leurs résultats dans la même revue Nature que Watson et Crick. Ce qui a sans doute valu à Wilkins de partager le prix Nobel en 1962.
    Ce que je retiens de ces lectures, c'est qu'à l'époque il y avait de bons perdants. Pauling, un pape de l'époque, a été battu par Watson et Crick dans la course au Nobel, et l'a tout de suite admis avec beaucoup de fair-play. Rien à voir avec un Gallo qui jusqu'au bout ne lâche pas prise. En 1962, le nom de Franklin a au moins été cité deux fois par son collègue Wilkins, tandis qu'en 2008, celui de Chermann n'a pas été mentionné dans le discours de Nobel de ses colllègues (en fait si, Chermann est l'un des 150 noms remerciés dans une diapo de Montagnier  !).

    *Jean-Claude Chermann Tout le monde doit connaître cette histoire Editions Stock

  • L'anti livre noir de la psychanalyse

    note modifiée

    Oeuvre collective de psychanalystes lacaniens, publié sous la direction de Jacques-Alain Miller, en réplique au Livre noir de la psychanalyse (que je n'ai pas lu). Il semblerait que ce livre noir s'appuie sur un rapport de l'Inserm pour discréditer la psychanalyse. Pour information, ce rapport a été supprimé du site de l'Inserm par le ministre de la santé, à la demande de son ami Jacques-Alain Miller.

    Voir les débats à propos de ce rapport

    Puisque l'on parle de manipulation... de désinformation... de copinage...

    Ce livre démarre sur les chapeaux de roue par une enquête sur ce fameux rapport de l'Inserm

    1- Ce rapport est sensé être réalisé à la demande d'associations de familles de malades (or, la demande des familles est un prétexte à ce rapport).

    2- Ce rapport est sensé être réalisé par des experts indépendants, or la répartition des experts entre les thérapies étudiées est fortement biaisée en faveur des TCC (Thérapies Comportementales et Cognitives)

    3- Comme il fallait s'y attendre, ce rapport arrive à la conclusion pour lequel il était diligenté, à savoir que les TCC sont efficaces.

    4- L'efficacité des TCC a l'avantage d'être chiffrable (d'où le caractère scientifique) grâce à des questionnaires, en termes d'intensité de souffrance ou de reprise du travail.

    Ce n'est pas une dilettante qui pourra vous donner une vue exhaustive de l'affaire. J'ai bondi et foncé sur les accusations de manipulation d'état mais l'étude du cas est certainement plus édifiante, montre les pouvoirs discrétionnaires d'un ministre, le rôle du copinage dans l'équilibre entre le bien et le mal.

    Ensuite la lecture s'essouffle parce que chacun des contributeurs y va de son pamphlet et certains sont moins bons que d'autres. Et parce que je suis décidément réfractaire à la lecture du lacanien. Il semble cependant que les thérapies comportementales et cognitives procèdent d'une sorte de manipulation. On va tâcher de provoquer chez le patient qui souffre de phobie, un réflexe conditionné, on va le convaincre qu'il n'a plus peur, qu'il peut reprendre le travail. On va le conditionner à affronter progressivement la situation anxiogène.

    Ainsi, on pourra mesurer une guérison objective, même si le traitement n'est que symptomatique et pas étiologique (on ne traite pas la cause de la phobie). Et on pourra écrire des protocoles thérapeutiques, réglementer le nombre de séances, les remboursements, etc...

    La psychanalyse par contre ne possède pas ces critères d'efficacité, puisqu'elle procède au cas par cas, dans une relation analysant-thérapeute unique et particulière. Elle peut remonter à la source du symptôme, et constituer un traitement étiologique.

  • Insoutenable !

    Ils montent sur la fenêtre ! Attention ! Non Non ! Ils sont affamés !

    Reportage entendu un matin à la radio. Il s'agit de la distribution de vivres par la Croix Rouge aux clandestins à Calais.

    Cela évoque tellement pour moi les frontières qui craquent sous la poussées de hordes affamées, qui ont fui la misère du bled et envient le quotidien des plus pauvres d'entre nous... 

    Un jour il faudra bien choisir entre les accueillir et les tuer !

    Des gens qui ont bravé la tempête sur des embarcations de fortune, ou se sont glissés dans des containers. Des gens qui n'ont rien à perdre, sinon la vie, et qui déferlent par milliers, bientôt par millions. Va-t-on tirer dans le tas ?

  • Utopie freemen

    Résistance et médias sont un oasis pour des élections libres. Le freemen fustige sarkozy en chat sur le développement durable qui n’est pas un mythe pour bébé activiste. Il revisite le capitalisme à l’aulne du réchauffement climatique par la satire et le rock qui permettent évasion, citoyenneté, biodiversité, et une politique autre, utopie ?
    Un apprentissage au développement durable soutient les biocarburants et soulage le sdf. Il encourage une utopie, au papier recyclé pour chaque auteur de la littérature, sensée favoriser un changement aux présidentielles et limiter la croissance.

    -----------------

    recopié sur un blog qui parle d'apprentissage

  • Le troupeau aveugle

    de John Brunner, lecture conseillée par Fabien (merci).

    Je lisais ce livre dans le train qui traversait un coin de paradis, une oasis de verdure avec de petits villages (la France). C'était encore l'été indien, avant que les feuilles ne tombent sur la neige (au lieu de tomber avant la neige), signe tangible du dérèglement climatique. J'avais l'impression de me trouver au wat trainite de Towerhill au Colorado, avant que les feuilles ne brunissent, signe annonciateur des dégats causés par les jigras transgéniques et de la famine de l'année prochaine.

    Avant l'attaque biotox des jigras, on pouvait encore trouver toutes sortes d'assurances contre les malformations foetales. On se gavait de pilules anti-allergiques, anti-dépressives, et contre les maladies de peau. On portait des masques à oxygène. Les quelques personnes encore lucides s'étaient donné le nom de freemen trainites. Ils agissaient à la suite de Francesco Casabaldi Austin Train. Certains collaient des autocollants anti 4x4 ou anti-consommation dessinaient des têtes de mort sur les voitures. D'autres tels que Nico Peg Mankiewicz profitaient d'une certaine audience pour google-bomber leurs blogs écrire des articles dans les journaux canadiens. Les mathématiciens trainites venaient de découvrir qu'une croissance exponentielle n'est pas soutenable indéfiniment que la surface encore cultivable n'était pas suffisante pour produire la quantité de produits "Puritain" vendus comme naturels. On sacrifiait des volailles suspectes de grippe aviaire brûlait des stocks de nourriture hydroponique suspects de contenir un produit qui rend fou. Pourtant la famine s'était arrêtée aux portes du Niger  était endémique et l'épidémie d'entérite agravait encore la pénurie d'eau et le désordre tandis que les filtres japonais se trouvaient contaminés de bactéries étranges.  Tandis que des villes entières exposées à l'eau du robinet contaminée au benzène de toxiques qui rendent fou... à des explosions... au grand incendie et aux violences ur...

  • Waterworld (pétition contre toutes les violences)

    Nous vivons dans un enclos, entouré de palissades. Nous nous gorgeons de sodas et de Slim Fast devant notre adsl-écran plat. Comme nous avons eu la chance de faire des études, nous gagnons suffisamment d'argent pour consommer sans modération. Jusqu'à la nausée.

    Ca devait arriver. C'était inévitable. Ca ne pouvait pas durer, les nantis, les riches, les puissants, les aisés, les chanceux, n'allaient pas pouvoir maintenir indéfiniment les remparts qui les séparaient des déshérités.

    Les palissades sont en train de se fissurer. Elles ne tiendront pas longtemps dans les banlieues, sous la poussée du désespoir, classes-surchargées-discrimination à l'embauche-montée de tous les intégrismes-y-compris-intégrismes-fachos. Personne ne sera épargné par la violence, exutoire stupide et aveugle. Mais ce n'est qu'un signe avant-coureur, les frontières sont prises d'assaut par tous ceux qui nous envient nos-prisons-dorées-aux-centre-villes-interchangeables et traversent des Gibraltars à la nage. C'est peut-être déjà trop tard. Le maëlström ne laissera rien debout sur son passage.

    Alors que faire ?

    Expliquer-S'informer-Partager-Comprendre-Aider-Décroître-Etre généreux-Etre courageux-S'interposer

  • Tous des moutons

    Ca ne vous etonne pas, vous, qu'il gele au mois de juin en region parisienne ?
    Moi je n'ecoute jamais la meteo mais on a du vous dire qu'il fallait remonter a - je ne sais pas - 1789, pour retrouver ces conditions...
    Et vous l'avez cru ?
    Ca n'a pas fait tilt dans vos tetes que le climat etait vraiment deregle ?
    D'ailleurs tout est deregle dans ce monde et a mon avis, il ne fera vraiment pas long feu.
    Vous ne comptez rien faire pour sauver vos petits-enfants et peut-etre meme vos enfants de la fin annoncee de l'humanite ?
    Moi je m'en fous je n'ai pas d'enfant et il me reste moins de 50 ans d'esperance de vie.

  • Docteur Jivago

    C'est curieux la mémoire sélective ! Comment sur un texte on peut ne retenir qu'une phrase ou sur un film une seule image !
    Ce qui m'a marqué dans le film Docteur Jivago, c'est le moment où un militaire offre à un autre un oignon comme anti-scorbutique. Depuis je n'ai plus considéré les agrumes comme des oranges ou des citrons, mais seulement comme un concentré de vitamine C.
    Pour moi révolution=scorbut.
    Alors j'imagine des temps révolutionnaires où pour joindre l'utile à l'agréable de gentils garçons cultiveraient dans leurs jardins des bouquets de tomates-cerise…
    PS : j'ai perdu une heure à chercher une photo sans succès, du coup je n'ai pas pu rassembler un dossier scientifique complet. De toute façon, la révolution est encore loin…

  • L'achat de l'opinion

    Certains se croient obligés de lire les revues auxquelles ils se sont abonnés pour obtenir en cadeau un appareil photo numérique caméra, ou un stylo, ou un organizer de poche...
    Eh bien, je dis non. Puisqu'on vous a fait l'offense de vous acheter, vous pouvez réagir en ne livrant pas la réponse attendue.
    Pour une fois que rien ne vous oblige...
    Ne serait-ce pas le Kapital qui finance les cadeaux les plus somptueux pour faire perdurer une certaine presse... ennuyeuse au possible...
    Heureusement je n'ai jamais été capable de lire une revue, à part "Marianne"...