Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

grêve de la faim

  • Médiatisez vos jeûnes !

    N'avouez jamais que chez le coiffeur où vous avez oublié volontairement votre "Marianne", vous en avez profité pour lire "Elle" ou "Femme Actuelle" et dites plutôt que vous allez à la salle de sport pour vous défouler et non pas pour essayer de limiter les effets inexorables du temps et de la suralimentation sur votre volume corporel.

    Prenez exemple sur Roland Veuillet qui en est à sa deuxième grêve de la faim pour protester contre une sanction administrative liée à ses activités syndicales. Rejoignez la chaîne. Derrière Roland, Eric, Amparo, Jean-Philippe, ont fait des grêves de la faim de une à deux semaines.

    Avant eux, il y avait les habitants du gymnase de Cachan, juste avant qu'ils ne soient dispersés relogés. 

    Un jour ou l'autre, une cause se présentera qui nécessitera peut-être de jeûner, longtemps...

    C'est chez Virgil Georghiu, je crois, à moins que ce ne soit Marguerite Duras, que j'ai lu sur la grêve de la faim. Le fumet des plats qui chatouille les narines et finit par s'éteindre lorsque les aliments sont froids. Les douleurs atroces de l'estomac qui se tort. La difficulté aussi de la réalimentation en fin de jeune, au moment où la vie ne tient plus qu'à un fil...

    medium_aung.2.jpgDonc, en marche, il faut s'entraîner et s'aguerrir. Pour commencer, je ferai chaque mercredi un jeûne relatif puisque je me contenterai d'un bol de riz. Miam !!! 

    Le premier sera dédié à :  Aung San Suu Kyi, militante birmane non-violente, prix Nobel de la paix en 1991, en résidence surveillée depuis septembre 2000. Participez à la campagne de 90 jours pour obtenir sa libération !

  • Le Goulag en France

    Où les excès d'une société fasciste rejoignent  ont failli rejoindre ceux du communisme...

    Roland Veuillet, syndicaliste en grêve de la faim depuis plus de 50 jours a été interné d'office en psychiatrie sur ordre du préfet.

    Cette décision concerne normalement les personnes dangereuses pour l'ordre public.

    Evidemment Roland Veuillet est en train de déclencher une épidémie de grêves de la faim parmi les enseignants, ça fait désordre !!! 

    Pour l'heure on ne peut que prier pour que la dose de psychotropes ou la camisole de force ne lui portent pas le coup fatal.

    On me dira bien sûr que la mesure est prise au vu du danger sur sa propre vie. 

    Au lieu d'examiner ses revendications... 

    Le psychiatre de l'établissement n'a pas confirmé le diagnostic et Roland Veuillet est sorti cet après-midi le 15 février 2007.

    Sa vie est donc toujours et encore en danger. Mobilisez-vous sur le site, signez la pétition, écrivez aux ministres, téléphonez.

    A défaut d'avoir son premier ? prisonnier politique, le syndicalisme risque fort d'avoir bientôt son martyr !!! 

     

    Note technique :

    Le placement volontaire : le médecin établit à la demande d'une tierce personne que la personne est dangereuse pour elle-même. Elle est alors hospitalisée en psychiatrie.

    Le placement d'office : décidé à l'instigation du préfet, lorsqu'une personne présente un danger pour les autres. Le psychiatre de l'établissement (j'ai toujours envie de dire pénitentiaire !) doit confirmer le diagnostic dans les 24h. 

     

     

  • Roland Veuillet en danger de mort

    Malgré son hospitalisation samedi, il continue à refuser alimentation et perfusions.

    Son réquisitoire contre ceux qui ont orchestré sa sanction administrative injuste est bien exposé ici :

    http://roland-veuillet.ouvaton.org/?11-raisons-de-courir 

  • Non à l'arbitraire

    Qu'est-ce qui peut pousser quelqu'un à mettre sa vie en danger, et à s'imposer des souffrances extrèmes ? La folie ? La défense de la justice ? L'extrème dépendance aux endorphines ? Le masochisme ?

     

  • Le ministre renvoie le grêviste de la faim au directeur des ressources humaines

    Roland Veuillet est en grève de la faim depuis le 23 décembre. 

    Roland Veuillet, Conseiller Principal d’Éducation (anciennement surveillant), est victime depuis 2003 d’une mutation d’office de Nîmes à Lyon. On trouvera forcément des discordances dans la lecture des évènements qui ont conduit à cette sanction mais on retiendra que Roland Veuillet était un syndicaliste actif, et que, de nos jours, on peut être sanctionné pour syndicalisme.

    Le Conseil Supérieur de la Fonction Publique (CSFP), s’est prononcé, le 25 janvier 2005, pour l’annulation de toute forme de sanction à l’encontre de Roland Veuillet. Mais le ministère refuse d’annuler cette sanction, malgré le soutien de l’intersyndicale, compte tenu du jugement récent de la Cour Administrative d’Appel de Lyon qui a rejeté le pourvoi.

    La dernière lettre du ministre (Gilles de Robien) disponible sur le site http://roland-veuillet.ouvaton.org/ pourrait être un bel exemple d'humour noir : il propose en effet de faire recevoir le gréviste de la faim (qui en est à son 30° jour de grêve à la date de la lettre) par le Directeur des ressources humaines (en personne, c'est moi qui souligne) de son lieu de mutation. C'est ce qu'on appelle se renvoyer la balle (pardon le grêviste de la faim) ! 

    Eric Basillais (blog Appel de Raspail), un freemen, a entamé une grêve de la faim depuis le 29 janvier, dans un esprit de solidarité avec Roland Veuillet, qui par son calvaire de 4 ans, d’arbitraires hiérarchiques, d’arbitrairathons et ses grèves de la faim, devient le symbole de l’individu concret écrasé entre le marteau du néolibéralisme marchand et managerial et l’enclume de la répression hiérarchique et bureaucratique d’État.

  • Solidarité avec les habitants du gymnase de Cachan

    Je reprends ici l'appel de Pierre Nillon, historien, après sa visite du gymnase de Cachan où sont entassées les familles délogées lors de l'évacuation de la cité universitaire qu'elles occupaient, le 18 août dernier.

    Ecoutons le plutôt "Le samedi 23 septembre 2006, je me suis rendu dans ce fameux gymnase... où s'entassent les femmes et les enfants. L'on pourrait presque dire où croupissent des femmes et des enfants !
    C'était inhumain, insupportable, ce fut un choc, même pour quelqu'un comme moi habitué à la misère, ici, en France. Comment peut-on rester insensible à une telle souffrance ?

    Comment peut-on parquer des êtres humains comme des animaux ?

    En plus avec des policiers en civil guettant ceux qui sortiraient de ce camp de concentration afin de les arrêter !!! ??? 

    Ensuite, notre guide nous amena à rencontrer les six grévistes de la faim qui en étaient à leur trente-troisième jours, il nous présenta leur porte-parole, le frère Seydou Togola.

    ... je me suis rendu compte que les médias non seulement occultaient des informations, mais en inventaient d'autres, car en effet :
     - On ne nous dit pas qu'en évacuant les squatters leurs biens leur ont été confisqués (meubles, télévisions, radios, vêtements, objets personnels, etc...). Pourrait-on dire volés ?  (Des gardes meubles fantômes...)

    - On nous fait croire à l'existence de maladies infectieuses (tuberculose, varicelle) afin que l'opinion publique pense que "ces noirs" constituent un danger sanitaire pour vous, à défaut d'être un danger physique, je peux vous affirmer qu'il n'en est rien pour avoir parlé avec des médecins présents au gymnase.

    Après avoir écouté toute cette souffrance, l'on ne sait pas quoi dire, sinon : 
    - Que peut-on faire pour vous ?
    - De quoi avez vous besoin ?

    A ma collaboratrice comme à moi même, ils ont répondu : PARLEZ DE NOUS - DITES LA VERITE S'IL VOUS PLAIT !
    Cela sera fait par la large diffusion de ce communiqué.

    En dehors de cela :

    - Nos frères ont besoin de vêtements, si vous avez des vêtements dont vous n'avez plus l'utilité, vous pouvez en faire don !
    - Nos frères ont besoin de nourriture (un gros sac de riz de 25 kg ne coûte que 15 euros, un pack  d'eau ne coûte que 3 euros, un pack de lait ne coûte guère plus cher)

    Nos frères sont juste à côté... Rendez leur visite et apportez leur votre soutien en actions et non en paroles.
    Les nuits commencent à être froides, pensez à ces bébés...

    Pour ce qui concerne les dons, vous pouvez, soit les apporter vous même au gymnase. Soit, pour ceux qui n'ont pas la possibilité de se rendre sur place contacter l' Association KAMITIK ( association_kamitik@yahoo.fr ) qui vous précisera les besoins et se chargera du réacheminement.
    Précisez CACHAN en objet de votre mail."

    L'appel suivant a suivi :

    L'association KAMITIK (loi 1901) organise l'opération :

    1 EURO POUR LES FAMILLES DE CACHAN

    Etre sans-papier en France ne retire pas pour autant la dignité humaine.
     Aujourd'hui ce sont eux les victimes, mais demain ?

    Peu à peu la France ternit son image en négligeant la DECLARATION UNIVERSELLE des DROITS de l'HOMME !

    Afin que ces familles puissent :
      se vêtir - se nourrir - se laver - se chauffer 
    Survivre et espérer
    Croire encore en l'humanité !

    * Pour ces 70 enfants
    * Pour ces femmes dont les époux ont été expulsés
    * Pour ces 6 hommes qui entament leur 40e  jour de grève de la faim (au 30.09.06)
    et qui dorment dehors

    Parce qu' 1 euro + 1 euro + 1 euro... = NON A L'INDIFFERENCE

    Aidez les à rester vivants avec dignité en envoyant vos dons :

    - Par chèque à l'ordre de l'association
    Adresse :
    Association KAMITIK
    Chalignac
    43800 SAINT VINCENT

    - Par virement sur le compte de l'association
    Coordonnées bancaires :
    Banque Populaire
    ASSOCIATION KAMITIK

     

    CODE BANQUE CODE GUICHET NUMERO DE COMPTE CLE RIB

    11907
     
    00350 40319185597 33

    L'association s'engage à ce que l'intégralité des sommes perçues pour les familles de Cachan leur soit entièrement et directement consacrée.
    Des reçus pourront vous être fournis sur simple demande.

    association_kamitik@yahoo.fr

    Merci à Freezine de diffuser, et merci à tous ceux qui agiront. J'ai l'impression qu'il y a urgence.

    Voir sur le site de Pierre Nillon le compte-rendu de sa visite du 30 septembre aux grévistes de la faim de Cachan.