Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

noma

  • Destruction massive

    Connaissez-vous la noma ? c'est une gangrène infectieuse du visage, mutilante et invalidante dûe à la perte de toute immunité suite à une extrème malnutrition. Cette affection ne fait qu'augmenter.

    Plus d'un milliard d'individus sur 6,7 milliards, souffrent de la faim. Pour justifier ce scandale, les thèses de Malthus sur la nécessité de la sélection naturelle, onf fait long feu. Elles sont remplacées par celles du libéralisme économique qui prétend que la solution est dans le libre accès aux marchés et à la productivité potentialisée. Or, partout où les "corbeaux noirs" du FMI ont ouvert les marchés aux multinationales, ils ont précipité des populations dans l'abîme de la faim.

    L'ONU est née d'un refus ("plus jamais ça") après l'utilisation de l'affamement par le régime hitlérien dans toute l'Europe conquise, comme le décrit la "Géopolitique de la faim " de Josué de Castro. Et pourtant elle est responsable des mêmes méfaits aboutissant au meurtre de 500 000 enfants irakiens lors du blocus organisé. Israël fait de même à Gaza. Les USA, adeptes farouches du libre échange et de la mondialisation,  n'ont pas ratifié le pacte N°1 des Nations Unies qui prévoit le droit de vivre à l'abri du besoin. Les multinationales agro-alimentaires inondent les marchés de leurs produits subventionnés, ruinent l'agriculture vivrière, avant d'imposer leurs prix, sans prendre en compte les frais de transport.

    Depuis peu sont apparus les vautours de l'or vert, les agro-carburants, et leur cortège de vol de terres, spoliation, assassinats par les paramilitaires, exploitation des travailleurs saisonniers, privation de l'accès à l'eau, sur fond de corruption généralisée, en un mot la recolonisation !

    Le flux des petits agriculteurs ruinés va grossir le flot des pauvres urbains;

    A ces problèmes s'ajoute la spéculation sur les matières premières agricoles, qui fait encore flamber les prix.

    Et pendant ce temps, le PAM (programme alimentaires mondial) a dû suspendre ses repas scolaires, pour beaucoup d'enfants le seul vrai repas de la journée. Son budget a été sévèrement amputé : il fallait bien trouver l'argent pour renflouer les banques et soutenir le capitalisme financier.

    Destruction massive (Géopolitique de la faim) par Jean Ziegler, Editions du Seuil