Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Big Mother (is watching you)

    Alors à peine a-t-on réussi à échapper aux recommandations de sa Maman (Ne prends pas froid mon petit, garde ton cache-nez) en prenant son indépendance à la sueur de son front dans le monde du travail...
    ... qu'on tombe sur les affiches que la "Boite" placarde un peu partout :
    - En hiver, je ne prends pas de raccourci dans la neige (risque de glisser)
    - Je range mon bureau pour ne pas mettre le feu à mes papiers
    - Je fais attention à ne pas mettre les doigts dans la prise
    - Je ne m'écarte pas du passage piétons balisé
    - Je ne monte pas sur une chaise mais sur un escabeau
    - etc...
    En plus elle nous parle bébé ou quoi ?
    Jusqu'où ira l'infantilisation ?

  • Blogroll

    n.m.
    Cochez la case exacte :
    - baegel au bleu
    - rollmops au câpre
    - logiciel permettant d'ouvrir successivement les blogs mis en lien
    Plus sérieusement, soit un blogroll de 300 blogs à visiter en une heure, cela fait dix secondes par blog.
    J'ai essayé ce soir à partir de la page d'accueil de jid. Eh bien, en dix secondes, avec mon adsl 500M, le plus souvent on n'accède même pas au titre. Et gare aux blogs pour lesquels il faut descendre l'ascenseur avant de visualiser la dernière note. Sans parler de ceux qui sont au milieu de l'alphabet. Et de ceux dont l'hébergeur rame.
    M'enfin l'expérience a été utile puisque j'ai trouvé cela.

  • Et vous croyez à ces bêtises ?

    C'est ce que je dis désormais à ceux qui se désolent le jeudi parce que le week-end ne sera pas beau.
    Eh oui, j'ai progressé, je ne serre plus mes petits poings et je ne deviens plus toute rouge et gonflée pour ne pas exploser.
    Je n'ai pas beaucoup d'opinion mais je sais une chose de façon certaine :
    La météo à la télé ne sert QUE à caser deux séances de pub, une avant, une après.
    Donc pourquoi laisser le temps qu'il fait, ou qu'il est supposé faire, décider de nos actes et de notre bonheur ?
    Les parapluies, ça existe tout de même.
    D'ailleurs demandez à un indien de Bombay ce qu'il pense de la pluie.

  • Agir pour soi

    Les français ont pris un kilo de plus en trois ans.
    Cette dérive apparemment irréversible engendre de terribles souffrances.
    Comment inverser cette fâcheuse tendance alors qu'on a déjà du mal à perdre le kilo d'il y a trois ans ?
    Non, ce n'est pas en engraissant les vendeurs de slim fast et autres leurres.
    Une action très simple, applicable à l'échelle individuelle, est la lutte contre la sédentarité.
    En plus c'est bon pour la planète !
    Donc si au lieu de chercher une information sur le site de la mairie, on se bougeait pour aller jusqu'à la mairie ?
    En utilisant les transports en communs bien sûr, ou le vélo, ou la marche à pied.
    Peut-être même que des petits déplacements dans la pièce, des mouvements simples qui consistent à se lever de la chaise placée devant l'ordinateur pourraient avoir un effet significatif s'ils étaient répétés.
    Et pourquoi pas un peu de stretching pour atteindre un atlas ou de travail des pectoraux pour porter un dictionnaire jusqu'à la table ?
    Bon, je commence tout de suite. Je me lève et je fais trois pas.

  • Déterminez votre date de mort

    Vu sur un blog, il y a quelques temps, un lien vers ce site : . En fonction d'un petit nombre de paramètres, âge, sexe, poids, fumeur ou non, le site retourne le nombre de secondes restant à vivre ainsi que la date de mort. A mon premier essai, j'ai coché optimiste, et donc ma vie devrait statistiquement s'arrêter peu après mon 99° anniversaire. Attention si l'on est pessimiste, on peut très bien mourir dès demain. A ma seconde tentative, mon espérance de vie avait chuté de quelques dizaines d'années.
    Seulement voilà, la vraie question selon moi est la suivante : mourrai-je avant ou après la fin programmée de l'humanité ?
    Je suis résolument optimiste, j'espère bien que je mourrai un peu avant.

  • Encore au stade des interrogations

    Faut-il pouvoir montrer son blog à sa maman ?
    Ouvrir un blog officiel réservé à ses collègues ?
    Faut-il avoir un blog par personnalité ?
    Créer aussi un blog familial ?
    Délirer sur un blog sérieux ?
    Ou être grave sur un blog ludique ?
    Doit-on fermer un blog stressant ?
    Se contenter d'un blog relax ?
    Comment gérer un blog ultra-perso ?
    Faut-il garder son blog secret ?

  • Pourquoi avoir un blog s'il doit être source de stress ?

    Et pourquoi pas ?
    Parce que j'aime écrire.
    Parce que je le vaux bien.
    Parce que je suis fainéante.
    Parce que je suis spontanée.
    Pour avoir de grands frissons.
    Parce que le stress c'est la vie.
    Parce que j'aime écrire des textes courts.
    Parce que j'ai l'angoisse de la page blanche.
    Parce que je veux apprendre à soigner ma forme.
    Pour éviter d'infliger à mes proches mes coups de gueule.
    Parce que c'est un espace personnel indépendant de ma vraie vie.

  • Dites le avec des fleurs


    Il s'agit du lilas Comte de Kerchove, trouvé ici

  • Les internautes muets

    J'ai lu voilà déjà deux ans que pour un intervenant sur un forum, il existait neuf internautes muets.
    Qu'en est-il des blogs, les blogs étant parmi les rares forums où il n'est pas nécessaire de s'inscrire pour intervenir ?
    Et surtout pourquoi les internautes muets n'interviennent-ils pas ?
    Laissons de côté ceux qui sont de passage, qui ont cliqué par hasard et qui repartent bien vite.
    Idem pour ceux qui sont occupés ailleurs.
    Mais les habitués qui lisent tout ? Ceux qui découvrent au hasard d'un commentaire, une personnalité qui se dévoile, un gourou qui tombe de son piédestal ?
    On peut concevoir que les habitués intervenants n'aient rien vu, pris dans leur dialogue personnel et dans leur lecture sélective.
    Mais les autres, les muets, pas un pour dénoncer l'injustice, pour souligner la maladresse ?
    Pourquoi ne disent-ils rien ? Pensent-ils que quelqu'un qui s'expose n'a que ce qu'il mérite ?
    Jubilent-ils intérieurement au spectacle d'une lutte ?
    Ont-ils peur d'en prendre plein la gueule ?
    Restent-ils à l'écart pour ne pas s'impliquer ?
    Attendent-ils impatiemment le prochain épisode de la joute ?
    Ou bien les internautes muets n'existent-ils pas ?

  • Se vendre

    Dans les blogs ou dans la vraie vie, il y a deux catégories de gens (ou trois).
    Ceux qui se sont donné la peine de naître.
    Et ceux qui pour être reconnus devront un jour ou l'autre se vendre.
    La troisième catégorie concerne l'epsilon qui a eu de la chance, soit de tomber sur quelqu'un qui leur aura donné la possibilité d'exister (très rare dans un monde ultracompétitif), soit d'être là au bon moment au bon endroit.

    Je prends un exemple très simple : être la fille d'un homme politique ouvre la porte de l'édition. Tandis que dans certaines maisons d'édition, il existe des placards où on laisse reposer deux mois les manuscrits envoyés par la poste avant de les renvoyer avec une belle lettre. Envoyer son manuscrit par la poste n'est pas une bonne solution. Il va falloir le vendre. C'est-à-dire avoir le courage d'interpeller. Interpeller quelqu'un c'est dire en effet : heho, j'existe.

    Pour moi, interpeller n'est pas du tout évident. Un problème de place sans doute. J'ai plutôt tendance à fuir à toutes jambes à la première occasion. Je voudrais bien ne pas avoir à interpeller.

    J'envie ceux qui n'ont pas ce genre de souci quant à leur place.
    Quoi que leur réaction d'incompréhension et de stupéfaction horrifiée me suggère que j'ai mis le doigt sur un point qui fait mal.