Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Du renfort pour la planète

    Laurence et Thierry ont enfin reçu un renfort significatif, Nicolas Hulot.
    Comme quoi, être connu cela peut servir.
    Pour en savoir plus et s'engager : defi pour la terre
    Pour ma part, j'ai fait le test et j'ai été félicitée, bien que j'aie refusé de me passer de ma douche quotidienne.
    Heureusement, on ne me proposait pas encore de me nourrir de tofu.
    Je préfère des biscuits au soja.

  • Décroissance volontaire

    J'ai goûté un demi centimètre carré de tofu.

    Ca ne va pas être facile...

  • Tous des moutons

    Ca ne vous etonne pas, vous, qu'il gele au mois de juin en region parisienne ?
    Moi je n'ecoute jamais la meteo mais on a du vous dire qu'il fallait remonter a - je ne sais pas - 1789, pour retrouver ces conditions...
    Et vous l'avez cru ?
    Ca n'a pas fait tilt dans vos tetes que le climat etait vraiment deregle ?
    D'ailleurs tout est deregle dans ce monde et a mon avis, il ne fera vraiment pas long feu.
    Vous ne comptez rien faire pour sauver vos petits-enfants et peut-etre meme vos enfants de la fin annoncee de l'humanite ?
    Moi je m'en fous je n'ai pas d'enfant et il me reste moins de 50 ans d'esperance de vie.

  • Publicité

    Les cent premiers signataires de cette déclaration d'intérêt pour le sort de la planète, gagnent une place dans le vaisseau spatial qui emmènera les survivants vers la lointaine Galatée (dix ans et demi de voyage).
    N'y aura-t-il que les robots pour suivre ce lien ?

  • Faut pas rêver

    Le calme n'a jamais été aussi plat, pourtant les stats ne sont pas plates.
    Est-il possible que je me connecte aussi souvent (à l'insu de mon plein gré alors) ?
    Evidemment ce ne sont pas les internautes muets qui vont manifester contre une fermeture.
    Et si je m'absente pendant une dizaine de jours, est-ce que quelqu'un s'inquiétera ?
    Ouais, je suis au courant que des robots explorent le web.
    Vous en êtes ?

  • Décroissance (in)volontaire

    Je n'ai plus envie de transpirer dans les mêmes bouchons pour visiter des centre-villes interchangeables, de rouler indéfiniment pour découvrir dans les mêmes "plus beaux villages" des souvenirs-bondieuseries sans intérêt, de dormir dans les mêmes hôtels aseptisés, de manger les mêmes pizzas...
    J'en ai marre des familles et de leur rituels immuables, de leurs petits apéros, de leurs niards adorables. Je ne supporte plus les voisins râleurs ou bavards, les collègues trop prévisibles, les chefs mous et despotiques à la fois.
    Je n'en peux plus de consommer les mêmes téléphone-portable-appareil-photo-numériques, de me contenter des mêmes fruits insipides, de regretter des achats inconsidérés, d'économiser un demi euro en bon-d'achat-supermarché.
    De ne recevoir que des amis-mais, de préférer mon petit confort et ma petite bière, mon petit tchat et mon petit forum, à sortir et aller danser.
    Bref, c'est l'involution, la réduction des affects, qui précède l'entrée au monastère, ou le départ dans une île déserte (si seulement il en restait).
    A moins que ce ne soit l'Alzeihmer.

  • I have a dream

    Je rêve...
    d'un monde où l'effort serait réhabilité, où chacun au lieu de chercher à en faire le moins possible, chercherait à en faire un tout petit peu plus... et où par une saine compétition, aucun ne laisserait sa part de travail à l'autre.
    Je rêve d'un monde où les adultes ne se sentiraient pas mis en danger par les idées et les suggestions des plus jeunes, je rêve d'un monde d'écoute et d'encouragement bienveillant.
    Je rêve d'un monde qui n'aurait plus besoin de dirigeants parce que chacun aurait à coeur d'oeuvrer pour le bien collectif.
    Je rêve d'un monde plus logique, où les nantis auraient pleinement conscience de l'immense part de chance et de l'infime part de mérite personnel dans la réussite sociale. Je rêve d'un monde où ces mêmes nantis tireraient la seule conclusion qui s'impose, à savoir que seul le partage de tous leurs superflus, et même d'une partie du nécessaire, leur permettra d'égaler les plus pauvres.