Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Changer le monde

    Debout franc-tireurs et partisans de l'altercroissance et autres SDF du développement durable ! Le capitalisme et la pauvreté, voilà les ennemis ! Le temps de la résistance est venu sur fond de rock and blog. Soyons réalistes, demandons l'impossible, et dans une action à la fois systémique et libertaire, défendons l'idée d'une entropie-décroissance sur le long terme. Faisons entrer la démocratie représentative en politique dès les élections présidentielles. En citoyens du monde, fustigeons l'immigration choisie et partageons la France poubelle avec l' AUTRE, cette France poubelle où même en temps de changement climatique, la météo est marketing. Pour protéger la biodiversité de la nature et permettre un développement durable, nos armes sont le vélo, le papier recyclé, les énergies renouvelables.

  • Partager

    Alors que je cherchais un mot clé représentatif, je suis tombée sur ce site : http://www.reflexepartage.org/ . Ils sont trop forts, en première page de Google ! Peut-être que bientôt je serai à leurs côtés, malgré un gros problème de com. Voici medium_coffre.3.jpgleur tirelire virtuelle à eux : "le coffre à trop." Je devrais peut-être breveter et protéger la tirelire virtuelle, ça ferait plus sérieux...
    En tout cas l'idée me plaît, il est urgent de partager le superflu. Ainsi donc je change radicalement mon fusil d'épaule. Plus de stocks gardés au cas où il y ait la guerre. La guerre est certaine mais je ne veux pas survivre toute seule de toute façon. C'est ainsi que rejoindront sous peu le coffre à trop (il faut vraiment lui trouver un autre nom, c'est trop nul !) des bobines de fils à repriser de toutes formes et de toutes couleurs héritées de ma grand-mère, des élastiques à renforcer les gaines et les soutien-gorges, de la vaisselle, des habits chauds, du papier à chocolat brillant pour faire des décorations de Noël,  j'en passe et des meilleurs....
    Mais le sujet qui me tient à coeur, c'est le partage de la planète. Je croyais que l'expression "France poubelle" s'appliquait à l'immigration. Or elle fait référence au stockage des déchets nucléaires. Qu'importe : le problème est le même. D'un côté croire que ce qui est à nous n'est qu'à nous. De l'autre croire que ce qui nous fait du mal devrait plutôt faire du mal aux autres.
    Ainsi je suis persuadée que les barricades dont on entoure nos terres privilégiées finiront par tomber sous la poussée des plus défavorisés. Alors, que faire : donner avant que l'on nous prenne ce à quoi on a droit. Donner, ce n'est pas se donner bonne conscience. De toute façon tant qu'on n'a pas tout donné, ce n'est pas assez. Donc je n'aurai jamais bonne conscience. La bonne conscience serait de croire que l'on mérite ce que l'on a et que les autres ne le méritent pas.
    Allez je me lance dans une opération de com : "Enterrez vos vies de garçon ou de jeune fille dans le coffre à trop !".

  • Le courage et la logique

    C'est pure logique que de se dire que d'être né en France ou en Europe, quelques soient les difficultés, constitue une première chance qui a très peu à voir avec la valeur personnelle.

    Pour ceux qui ont fait des études, il est difficile d'évaluer la part de chance et de mérite personnel dans les succès universitaires. Pour cela il faudrait comparer ceux qui ont fait leurs devoirs sur un coin de table avec la télé allumée en surveillant leur petite soeur, et les fils à papa pourvus de répétiteurs privés, et encore... Là encore on peut convenir à de rares exceptions près que c'est une chance d'avoir pu mener à bien des études, surtout si elles ont débouché sur un emploi.

    Donc, la peine de naître, la peine de s'enfermer quelques mois pour passer des examens sont les seules conditions pour avoir de meilleurs salaires - à vie - !

    Tout cela est-il juste ? Tout cela est-il logique ?

    Donc si on pouvait reconnaître le mérite, on pourrait tolérer que celui qui - disons - a suivi des cours du soir ou a bossé chez Mac Do dans le seul but d'accroître son mérite, ait un salaire légèrement supérieur à son voisin. Nous sommes d'accord en poursuivant le raisonnement que cela ne devrait avoir aucune incidence sur le mérite et le salaire futur de ses rejetons.

    Donc, avant toute chose, supprimons les héritages.

    Il faudrait aussi rebattre les cartes et faire en sorte que les enfants nés dans un pays soient parachutés quelque part dans le monde.

    Donc, en second lieu, rendons le monde plus juste, partout.

    Supprimons les jeux de hasard qui font qu'une trop grande partie de la population, la moins favorisée, continue encore à croire au Père Noël à un âge avancé.

    Réhabilitons le courage. Le courage par exemple de dire à cet enfant qu'il n'a pas à poser ses pieds sur les sièges dans le bus. Un courage citoyen (du monde), que j'ai vu mis en oeuvre une seule fois.

    Le courage d'oser faire la morale !

    Restaurons la morale !

    Le courage d'aller convaincre, avec ces arguments-là, ceux qui disent que la France est une poubelle et qui n'ont pas encore compris que soit poubelle il y a, et alors ils sont en plein dedans, et ils y contribuent, soit ils se trompent.

     

  • Publicité

    Vu mon audience, c'est un peu ridicule de faire de la publicité ici, mais je voulais vous parler d'un blog que je suis depuis quelques temps en reprenant un post qui démontre à merveille, je trouve, que les politiques ont les mains liées...

    D'autres posts plein de bon sens chez http://courage.blogspirit.com

    Solidarité à la Française

    Une journée nationale de solidarité en faveur des personnes agées et handicapées dépendantes a été décidée voilà 2 ans. Cette journée est censée rapporter quelques 2 milliards d'euros. L'argent de l'année dernière est toujours attendu par ses bénéficiaires. Cette année 60 % des Français ne contribuent pas et les autres 40 % sont empêchés d'y contribuer. Le service public, censé être au service du public est le premier à ne pas vouloir contribuer à cette journée et le privé censé n'être que des égoistes et hypocrites est le plus impliqué dans cette acte de solidarité nationale. Comme nos amis Ségolène et Nicolas, l'une faisant les yeux doux à la droite avec un parti de gauche et l'autre faisant la même chose à la gauche avec un parti de droite. A bon entendeur... Tout cela n'est pas très cohérent!!!

  • Les Alcooliques Anonymes

    Ce livre paru initialement en 1939 et appelé affectueusement "The big book" n'est pas diffusé en librairie.

    Pour se le procurer il faut se rendre à l'une des réunions des Alcooliques Anonymes (A.A.), ce qui est possible à tous une fois par mois. Ce jour-là la réunion est dite "ouverte" c'est à dire que toute personne peut y participer, même sans être alcoolique. Le lecteur trouvera facilement les lieux et dates des réunions sur le site des A.A.

    Les belles histoires des A.A. font paraître fades les drames sentimentaux, les histoires morales, les comédies bourgeoises, les thrillers, les films d'action...

    Kessel avait découvert l'association lors de ses débuts américains, une époque très interventionniste. Même si son récit fait apparaître des changements miraculeux dans la vie de personnes qui avaient tout perdu, il n'avait semble-t-il pas saisi le côté spirituel du programme de rétablissement.

    Les personnes alcooliques sont malades et ont affaire à un adversaire très rusé, l'alcool. Ce qui distingue les alcooliques des non-alcooliques est que les premiers sont incapables de s'arrêter après la prise du premier verre. Comme si l'alcool déclenchait une réaction particulière dans leur organisme !

    La solution est simple, s'abstenir de prendre le premier verre...

    Après sa rencontre avec les A.A., le malade n'a pas à se préoccuper de ne plus boire une goutte d'alcool  pour le reste de sa vie. Il va simplement renoncer à prendre le premier verre "aujourd'hui seulement"...

    Seulement voilà, si l'on ne change rien d'autre, la probabilité de la rechute est très forte.

    Aussi, en parallèle, les réunions des A.A. proposent-ils un programme de rétablissement spirituel. Le malade va essayer d'être envers lui-même d'une "rigoureuse honnêteté". A ses semblables, il fera partager ses sentiments profonds et sa peur qui est bien souvent le moteur puissant qui mène au premier verre. Il découvrira rapidement que d'autres partagent son vécu. Il se débarrassera de son "ressentiment" qui le poussait à accuser les autres plutôt que lui-même et à se poser en victime. Il fera l'inventaire de sa personnalité et mettra de l'ordre dans sa vie.

    Il s'aidera également beaucoup en aidant d'autres malades à se rétablir.

    Dans l'association, il connaîtra l'amitié, la joie, la fraternité, l'égalité, la solidarité.