Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Freemenitude

    abd051269b2064cac2e10ecab6102d5c.jpg85f2b00cf1c454cd13760335f7347f37.jpg Tu es chercheur de vérités, on te dit libertaire, respire, tu n'es pas un martien ; regarde ta webtv et écoute cette chanson qui te trotte dans la tête comme un petit vélo : I have a dream, celui d'un monde différent où une politique systémique garantit le respect de environnement. Tu as le pouvoir de changer le monde et de modifier favorablement l'avenir du climat. La décroissance ou l'altercroissance s'écrit sur papier recyclé : la priorité est la lutte contre la pauvreté grâce à la tirelire virtuelle et au simulateur crédit. Ensuite un développement durable est nécessaire et passe par la construction écolo, l'utilisation de produits écolo et la réflexion-débat sur les nano techno et ogm et le nucléaire avec ceux qui ne sont pas encore d'accord avec toi.

  • Quelle aide pour la reconversion des agriculteurs antillais ?

    Source : Cap 21 Antilles

    Aux Antilles, l'utilisation massive d'une centaine de pesticides de toutes sortes a conduit à une contamination des sols, et de la population avec, selon les études en cours, la possibilité d'augmentation des cancers, une baisse de la natalité...

    L'alerte a été donnée sur la Chlordécone, un pesticide organo-chloré persistant. A côté des problèmes sanitaires et environnementaux, il existe un grand nombre d'agriculteurs qui possèdent des terres contaminées, et qui ne peuvent les exploiter. Pour effectuer une reconversion vers la banane, les agrumes ou les quelques cultures maraîchères exploitables, et attendre les premières productions, il est besoin de formation et surtout d'argent. Malheureusement, pendant les efforts de reconversion, les prêts courent. C'est ainsi que Monsieur Léon Rella verra ses 14ha de terres vendues aux enchères le 2 octobre par le Crédit Agricole à qui il n'a pu rembourser son prêt.

    Lettre ouverte à Monsieur Barnier :

    M. Barnier, vous avez fait preuve d'une attitude encourageante suite à la parution du rapport du Pr Belpomme. Je vous invite désormais à aider le cas particulier de M.Rella, le plus urgent de tous, et à créer un fonds de soutien aux agriculteurs victimes de la pollution au chlordécone. Ce fonds ne serait pas un dédommagement pour la contamination, comme les 3000 euros par exploitation proposés en 2006 par M.Bussereau. Ce serait un outil au service des agriculteurs, qui se porterait caution auprès des banques et financerait des crédits à taux zéro et remboursement différé des échéances le temps que les bénéficiaires perçoivent les premiers subsides de leur reconversion.

    Contact: Benoit Chauvin – Tél / fax : 05.90.27.17.60. – Mobile : 06.90.67.89.44.

    Voir aussi l'article du Monde 

     

  • Le gratuit se paie cher

    e7ed3a51022997bd82b2907ae61a2e5e.jpg Je ne peux différer davantage ce post même si son illustration originale et réalisée sans trucage (la photo de mes cartes de fidélités cassées) me pose quelques problèmes techniques. Cela viendra. De toute façon, j'ai pris l'habitude de ne plus utiliser mes cartes de fidélité et quand je les cherche pour les photographier je ne les trouve pas.

    C'est Lune de Neptune qui a attiré mon attention sur la possibilité de refuser les échantillons gratuits et autres cadeaux aliénants. Je me disais : prenons-les et faisons-s-en profiter des personnes qui ne peuvent se payer le luxe bourgeois de les refuser.

    Le gratuit se paie cher, grommelais-je en refusant la carte de chez BIP!!! alors que le vendeur attirait l'attention des autres clients sur ma débilité. Je refuse d'être fidélisée, répondais-je, en prenant le risque de ne pas gagner un voyage à Venise chez BIP!!!. Je me suis privée d'un soin gratuit lors d'un démarchage téléphonique d'un nouvel institut de beauté (et de combien de produits payants et inutiles ?). Il me reste à me débarrasser de quelques montres, sacs, et gadgets probablement fabriqués par une main d'oeuvre sous-payée (voir là encore les excellents posts de Lune de Neptune).

    A l'heure où tout est bon pour attirer le chalant (pardon le client), souvenons-nous que les envies sont artificielles (pour ne pas dire matricielles, de Matrix) et qu'elles passent, et que le meilleur moyen d'économiser, c'est encore de ne pas consommer (et en plus c'est bon pour la planète !).