Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Ecotaxe volontaire sur les objets inutiles

    Le débat qui se noue sur le ning Freemencafé aborde entre autre la remise en cause de la croissance. 

    Comme la vie est bien faite finalement : le prix du baril de pétrole s'envole, ce qui devrait forcément limiter les émissions de CO2 ! Devant mon immeuble, il n'est plus difficile de trouver une place de parking, le nombre de voiture a diminué. Une valeur sûre se dessine pour la bourse qui s'effondre : l'industrie de la bicyclette.

    Le pouvoir d'achat est le mot-clé de l'été et Jeffe nous rappelle que pour un quart, il sert à financer des objets inutiles [Lire Société de l'inutile]. 

    Alors suivant l'exemple de mes amis de Vie Rurale, des décroissants purs et durs qui se taxent de la valeur de leurs achats de carburant, je propose une écotaxe volontaire sur les objets inutiles. 

    Ainsi je me taxe de l'équivalent de sa valeur si d'aventure je voulais changer mon ordinateur portable qui est comme neuf depuis qu'il a crashé et que je lui ai lifté le disque dur, si je changeais mon téléphone portable pour un autre qui me plaît bien parce que j'ai des points à dépenser en renouvellement, si je cédais à la pulsion de l'écran plat pour ma petite télévision qui ne sert jamais de télévision, ou si je voulais changer ma voiture alors que je n'ai pas besoin de voiture...

    Je jure de payer double si j'achète un parfum avec son monstrueux emballage, si je craque pour une chemise Ushuaia à 65€, si je raffle deux paires de chaussures parce qu'elles sont en solde, si je me laisse aller à vouloir des baskets... bleues comme les coureurs du tour de France, ou un manteau en cuir...

    Je me taxe d'un euro si j'ai honte de refuser le sac que me propose le commerçant (une petite voix me susurre que c'est sa publicité !), si je vais au supermarché sans mon cabat, si je me laisse tenter par une offre trois pour le prix de deux, si j'accepte un de ces objets cadeaux envoyés avec les catalogues, en plastoque et qui fonctionne à piles, ou un échantillon gratuit, ou si je me laisser refiler de ces "menus formules" au soda obligatoire qui vous mènent tout droit au Slim fast, ou un produit qui nettoie tout seul...

    Vous suivrez ces péripéties dans ma nouvelle tirelire virtuelle...