Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Décroissance, transports, déchets et journaux gratuits

    Bonjour, bonjour, je vis mon petit bonhomme de chemin, sans guère de possibilité de décroître davantage depuis mon abonnement transports en commun (j'habite en province). Je compte sur la crise économique pour limiter le réchauffement climatique.

    Je vis la solidarité avec ceux qui n'ont pas d'autres choix que de subir jour après jour les prises d'otages des grêves aux heures de pointe (alternent au fil des jours un tram sur deux puis sur trois puis sur quatre, etc...). Les utilisateurs sont d'une patience et d'une résignation exemplaires !

    Je m'interroge parce que les utilisateurs de transports en commun se voient remettre une lecture obligatoire, un journal gratuit !

    J'ai jusqu'ici refusé d'un non merci poli mais une conversation a suscité mon intérêt :

    - il faut les prendre et les jeter, car les personnes qui distribuent, quand elles ont fini leur pile, elles peuvent partir !

    J'ai remarqué aussi que certaines sociétés de publicité emploient des handicapés pour distribuer leurs prospectus, et ça me fait très mal au coeur de refuser à ces employés leur gagne-pain. Je soupçonne les sociétés d'exploiter la corde sensible !

    J'ai donc décidé de ne pas prendre ces lectures.

    Par ailleurs, j'ai constaté que l'autocollant anti-pub de ma boite aux lettres a peu d'effet puisque les piles publicitaires sont déposées sur une tablette.

    Et enfin en effet, le rapport du CNID m'apprend que pour l'éco-recyclage, c'est loin d'être gagné !

    Au fait, je suis adhérente au CNID (Centre National d'Information Indépendante sur les Déchets), que j'ai découvert en lisant la liste des projets financés par la NEF !

    Tout cela pour vous dire que l'ami Aureliano vient de pondre des nouvelles pas très très bonnes sur la situation du capitalisme mondial !